... more than a decade of joint action to promote democracy, the rule of law, respect for human rights and fundamental freedoms in Europe ...
       



Presentation
Current Events
Activities
Today -
by Programme -
by Country -
Search -
Subcontractors and grantees
Contact
 
Print View
 
Sign in



Joint Programmes - Activities by Country
08 April 2020

Activity Details (ID# 32254)  

 
Hide Synopsis  
 
Title MARS - 1st European Media Encounter on Journalism Training on Media, Diversity and Sport issues 
Description MARS - An EU / CoE joint programme for a European media network against racism and for interculturel dialogue

The Media, both mainstream and minority, are among the main actors of social cohesion. By allowing a real representation and inclusion of the diversity y of our today’s societies, media can contribute to fostering mutual understanding, countering stereotypes and thus to reducing discriminatory practices and racist attitudes. To do so, the media have to succeed to implement a really inclusive and intercultural approach through the contents they produce and disseminate. On the other hand, having a high position in the media agenda, sport media coverage has a potential impact on exacerbating tensions between groups and communities and or, on the contrary, on pacifying such tensions.

The global objective of the project is to contribute to the fight against racism and to foster mutual understanding in Europe by building an open platform for dialogue and action at local, national and European level focusing on exchanges of professional practices in the field of sport coverage between mainstream media and minority media. The main innovative aspect of the project is to make the media and other professional groups work together to combat racism by focusing on one of the sensitive issues covered by the media: sport.

The main output of the project is the creation of a European media network against racism and for mutual understanding and its deliverables (tangible results) are 1/ an electronic database of contacts and resources, in particular of concrete collaborations (internships, hosting period, seconded media trainers and professionals…) offered by network members, 2/ regular media encounters in the field of training, media cross-production and media content management organised at local and European levels (3 European and 15 national meetings) and 3/ cross-media “visits” at national and European levels in order to allow groups of actors to discover other European realities and ways of training, producing and managing media contents.

The project aims at being developed in 15 EU member states with a minimum of 14 participants per country [2 training centres, 4 mainstream media and 4 minority media representing various supports (TV, radio, press, multimedia), antidiscrimination and intercultural bodies]. These members will be CoE media network representatives in their own media families. The project will be based on a partnership with the major European networks of media, sport and antidiscrimination organizations. At the end, the network could be made of at least 210 members acting like a European network of media professionals for fight against discrimination and intercultural dialogue, with a potential of indirect beneficiaries of more than 10 million people.

The role of the European partners and associate partners will be to select and follow, with their national members, local participants (media, sport organizations, antidiscrimination bodies); to contribute to the global content and methodology of action in their respective field of activity and then to ''europeanise'' the results of the project by participating to their dissemination all over their members.

By linking several media actors, CoE media network against racism wants to be catalyst of a genuinely inclusive and intercultural approach of media production of information. To do so, the project will support exchanges of practices in the field of media training and production while focusing on a specific issue (Sport), at the local level (15 cities in Europe) and ensuring the dissemination of its results through partnerships with the main European media, sport and antidiscrimination networks.
 
Status Completed 
Date 14/10/2011 - 17/10/2011 
Location Brussels, Belgium
Countries Groups: Multilateral
  Multilateral
Contributors Others - Financial
  Joint Programme Activity - MARS
Joint Programme EC/CoE
JP MARS - Media against racism in sport    (Logframe)  (Activities)
Project Purpose 1 - 2011/DG4/JP/2589   MARS - Media Against Racism in Sport - A CoE media network against racism, for mutual understanding and intercultural dialogue
Expected Result 1.2 - Organisation of national and European media encounters (3 European and 15 national) crossing the various groups of media actors and other network members to enlarge contacts and opportunities of collaborations through concrete exchanges of practices in the field of media training, production and management
 PoA
Council of Europe Programme of Activities
I – Democracy
Line of Action ⇒ III.3 – Promoting Democratic Governance and Stability
Programme ☆ III.3.5  Intercultural dialogue

Working Method

Training Course 
Directorate (Service) Education, Culture and Heritage, Youth and Sport (Directorate of Culture and Cultural and Natural Heritage)
CoE Contact ,   email
Partners Media Animation - Local or National NGO
IFJ - International federation of journalists - International NGO
CoE EPAS - Enlarged Partial Agreement on Sport - International Governmental Organisation
CoE Intercultural Cities Programme - International Governmental Organisation
UEFA - Union of European Football Association - Other
VIDC / FARE - Football Against Racism in Europe - International NGO
CMFE - Community Media Forum in Europe - International NGO
Web Pages
Documents & links
1 http://www.coe.int/t/dg4/cultureheritage/mars/European/Belgium_en.asp  
Last Modified 22/02/2012 


Activity Synopsis (ID# 32254) (Hide Synopsis)

Objective(s) MARS – MEDIA AGAINST RACISM IN SPORT

EUROPEAN MEDIA ENCOUNTER

Media, Diversity & Racism in Sport

Journalism & Media Training & Literacy in Europe



VENUE & DATES
Belgium Maison des Associations Internationales
www.mai.org
Washingtonstraat 40
1050 Brussels, Belgium
+ 32 2 640 18 08

11 – 14 October 2011


BACKGROUND
In Europe, only a quarter of news’ subjects are women, even when they account for over half of the European population (GMMP, 2010)! While immigrants represent around 10% of the EU population (Eurostat, 2011) migrants and ethnic minorities represent less than 5% of the main actors in the news in Europe (Ter Wal, 2004). Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender (LGBT) people represent roughly 6% of the population of the United Kingdom but account for less than 1% of the population seen on TV. 20% of the British population is disabled but less than 1% is represented in British TV (CDN 2009-10 Progress Report).

Through the sources they use, the subjects they select and the treatment they choose, the media influence the agenda (what to think about) and public perception (how to think) of contemporary debates. This is why the Council of Europe considers truly inclusive information - where everyone can participate as witnesses, players, producers etc. - to be crucial for social cohesion and democratic participation. But today, too many people are still excluded from public debates!

The new MARS - Media against racism in sport – EU / CoE joint programme chooses to focus, though not exclusively, on sport because it is considered as an important area for building social cohesion and it is also a major sector of investment in the media industry. However, sport media coverage does not reflect social and cultural diversity and does not ensure equality for all. Only 5% of press articles cover cultural and social aspects of sport; 40% of all sport articles refer to only one source and 20 % refer to no sources at all; female athletes have four times more chances to be covered by a female rather than a male journalist but less than 5% of sport news and stories are covered by female journalists (Play the Game, 2005)!





Building upon standards set by various Council of Europe bodies on media pluralism, expression of diversity and non discrimination, and the outcome of the 2008-10 CoE’s antidiscrimination Campaign, the MARS – Media against racism in sport – EU / CoE joint programme aims at considering non discrimination and expression of diversity as an ongoing angle of media coverage. Through this approach applied to sport coverage, MARS would like to encourage innovative modes of media production that could be reproduced in all media sectors and used by any form of media coverage.

In achieving this outcome, the MARS programme offers media professionals (journalism students and trainers, journalists, media managers, etc.) the opportunity to participate to various activities, in particular European Media Encounters to explore the possibilities of developing ways of producing truly inclusive media contents.


OBJECTIVES
To encourage exchanges and sharing of professional practices in the field of journalism training and media literacy in relation to sport issues, non-discrimination and expression of diversity,

To contribute to the development of European networks of trainers and educators in order to exchange and enrich the pedagogical tools of journalism training with media literacy ones, and vice-versa,

To allow trainers and educators to develop and to have access to pedagogical and methodological tools for journalism training and media literacy in order to allow journalism students and journalists to considering non discrimination and expression of diversity as a constant angle of media coverage.


CONTENT
Identification and presentation, and probably production, of exercises and/or pedagogical modules for journalism training using media literacy tools and resources (and vice-versa) in relation to sport media coverage (although not exclusively) considered as a global issue and including non discrimination and expression of diversity. These training exercises and modules have to encourage the implementation of a truly intercultural and inclusive media production contributing to reduce prejudices, to fight against discrimination and to foster mutual understanding.

This European Media Encounter will focus on exchanges of professional practices between actors in the field of journalism training and media literacy in order to exchange experiences and methods, to enrich them and to include specific issues in relation to non-discrimination and expression of diversity.

Participants will be asked to disseminate and to expose the output and outcome of these exchanges in their own institution as well as towards all bodies in relation to journalism training and media literacy.


METHODOLOGY Participants will be asked to join thematic working groups and to contribute in a concrete and active manner. These working groups will allow participants to share their practices and experiences in journalism training and media literacy.


In these working groups, participants are expected to propose :
1/ inclusion strategies of conceptual and methodological tools in:
a) media literacy in training journalism modules,
b) journalism training in media literacy courses.

2/ synopsis of modules and/or exercises in:
a) journalism training using the output and outcome of media literacy,
b) media literacy using the output and outcome of journalism training.

The proposed exchange between the two sectors (Medial literacy / Journalism Training), applied to sport (although not exclusively) and taking into account diversity and non discrimination issues aims at supporting new truly inclusive and intercultural media approaches, both in terms of production as well as in terms of consumption.

THEMES
The encounter is based on three themes: Sport/Media/Diversity & non discrimination, around which working groups will be built knowing that each theme will be considered in relation to the two other themes.

1/ SPORT – This first working group will build its exchanges and proposals on the way in which Sport, through its multiple practices, expressions and economic, cultural and political dimensions can:
a) be included in a better way in media approaches,
b) contribute to support a better understanding of today’s challenges on diversity and non discrimination on which media coverage should be based,
c) strengthen the fight against racism, promote mutual understanding and contribute to a world where people could live together in harmony through renewed and truly inclusive media contents on sport.

2/ MEDIA – The second working group will build its exchanges and proposals on the way in which media tools and techniques of production as well as consumption can allow:
a) a better coverage of Sport through its multiple practices, expressions and economic, cultural and political dimensions,
b) diversity and non discrimination to be considered as ongoing angles of media coverage,
c) strengthen the fight against racism, promote mutual understanding and contribute to a world where people could live together in harmony through renewed and truly inclusive media contents on sport.

3/ DIVERSITY & NON DISCRIMINATION – The third working group will build its exchanges and proposals on the way in which a Diversity and non discrimination approach in media coverage can:
a) produce a better coverage of Sport through its multiple practices, expressions and economic, cultural and political dimensions,
b) renew media approaches both in terms of consumption and in terms of production,
c) strengthen the fight against racism, promote mutual understanding and contribute to a world where people could live together in harmony through renewed and truly inclusive media contents on sport.




COE PARTNER
Média Animation – Belgian organisation and resource centre on media literacy (production and training) facilitating the networks grouping the main European media literacy bodies in Europe Euromeduc and EuroMediaLiteracy


MARS COE PARTNERS
CMFE – CoE MARS partner in charge of National and European Media Encounters on Media Cross-Production

Fair Play / VIDC - Austrian organisation facilitating various initiatives in the field of sport, antiracism and non discrimination

IFJ / EFJ – International / European Federation of Journalists

UEFA – Union of European Football Associations


PARTICIPANT PROFILE
45 actors of journalism training and media literacy. Priority, even if not exclusively, will be given to participants coming from: Austria, Belgium, Bulgaria, Denmark, France, Germany, Finland, Hungary, Ireland, Italy, Poland, Portugal, Romania, Spain, The Netherlands and United Kingdom.

Council of Europe – Representatives of MARS Partner Organisations and Members of the MARS team

Around 55 participants


OUTPUT
3 strategic documents of inclusion of conceptual and methodological tools crossing media literacy and journalism training (1 per working group),

3 synopsis of modules and/or exercises, compendium of exercises and modules of journalism training and media literacy crossing media literacy and journalism training (1 per working group).


EXPECTED OUTCOMES
Enrichment of professional practices due to a greater awareness of intercultural dialogue, expression of diversity and non discrimination based on learning from different experiences.

Building bridges between journalism training organisations, on one side, and media literacy bodies on the other side.

Permanent dialogue and exchange between actors of journalism training and media literacy at European level.


LANGUAGE




English & French – Simultaneous interpretation for plenary session and one working group (one working group in English and one in French)
 
Output/Results MARS – MEDIA AGAINST RACISM IN SPORT

EUROPEAN MEDIA ENCOUNTER

Media, Diversity & Racism in Sport

Journalism & Media Training & Literacy in Europe

DRAFT AGENDA

11. – 14. OCTOBER 11


Maison des Associations Internationales
Washingtonstraat 40
1050 Brussels, Belgium
Tel.: + 32 2 640 18 08
www.mai.org
Tram/Bus stop Bailli or Vleurgat station


TUESDAY, 11TH OCTOBER, 2011

12.30 pm Welcome Lunch

2.15 pm Media, Diversity & Racism in Sport
Plenary session
Fadila Laanan, Minister, Ministry of Culture, Audiovisual, Health & Equal opportunity, French Community Government, Belgium
Irena Guidikova, Head of Division Cultural Policy, Diversity & Dialogue, Council of Europe
Massimo Serpieri, Unit D4 Anti-discrimination, DG Justice, European Commission
Facilitators Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium

2.45 pm Media, Diversity & Racism in Sport – Journalism & Media Training & Literacy in Europe
Introduction & Presentation
Plenary session
Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium

3.00 pm Media, Diversity & Racism in Sport – Journalism & Media Training & Literacy in Europe
Round Table
Plenary session
Etienne Bonamy, former Chief Editor, L’Equipe (France)
Sonia Parayre, deputy executive Secretary, EPAS, Council of Europe
Sukhraj Sohal, Executive in BBC sport, Director, Tenmonkeys Sport & Media Consultancy, (United Kingdom)
Facilitators Lida-Aglaia Aslanidou, City University London, United Kingdom
Ibrar Khan, BBC, United Kingdom


4.15 pm Coffee Break


4.30 pm Media, Diversity & Racism in Sport – Journalism & Media Training & Literacy in Europe
Working groups
Group 1 - Journalism & perceptions of journalism, the media, sport and diversity (Practices and challenges)
Facilitator Thierry Guilbert, IPJ, France

Group 2 - Media literacy and perceptions of media literacy, the media, sport and diversity (Practices and challenges)
Facilitator Patrick Verniers, Média Animation, Belgium



5.45 pm Media, Diversity & Racism in Sport – Journalism & Media Training & Literacy in Europe
Reports of the working groups
Plenary session
Sharing of perceptions of each professional sector and presentation of the challenges
Facilitators Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium

6.15 pm End of the day


WEDNESDAY, 12TH OCTOBER, 2011


9.00 am Media, Diversity & Racism in Sport – From Media Literacy to Journalism Training in Europe
Welcoming


9.15 am Media, Diversity & Racism in Sport – From Media Literacy to Journalism Training in Europe
Plenary session
Facilitators Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium


9.30 am Media, Diversity & Racism in Sport – From Media Literacy to Journalism Training in Europe
Working groups
Analysis of the existing and presented tools (methodology, content, strengths and weaknesses) of media literacy and of their potential added value to journalism training. Exchanges built around the three themes:

Group 1 – SPORT
Facilitator Alessandro Soriani, Zaffiria, Italy
Group 2 – MEDIA
Facilitator Marguerite Cros, CLEMI, France
Group 3 – DIVERSITY & NON DISCRIMINATION
Facilitator Suzanne Krucsay, Austria

(Coffee break at mid-term)


1.00 pm Lunch




2.30 pm Media, Diversity & Racism in Sport – From Media Literacy to Journalism Training in Europe
Working groups
First steps for building inclusion strategies of conceptual and methodological and of synopsis, to be finalised later, of modules and/or exercises structured around the three themes:

Group 1 – SPORT
Facilitator Alessandro Soriani, Zaffiria, Italy
Group 2 – MEDIA
Facilitator Marguerite Cros, CLEMI, France
Group 3 – DIVERSITY & NON DISCRIMINATION
Facilitator Suzanne Krucsay, Austria

(Coffee break at mid-term)


5.30 pm Media, Diversity & Racism in Sport – From Media Literacy to Journalism Training in Europe
Reports of the working groups
Plenary session
Sharing of working group results
Facilitators Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium



6.00 pm End of the day


7.30 pm Dinner





Jaloa Brasserie
Place Sainte Catherine 5/7
1000 Brussels
www.brasseriejaloa.com








THURSDAY, 13TH OCTOBER, 2011


9.30 am Media, Diversity & Racism in Sport – Synthesis of the 1st working group session
Plenary session

Facilitators Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium

9.45 am Media, Diversity & Racism in Sport – From Journalism Training to Media Literacy in Europe
Working groups
Analysis of the existing and presented tools (methodology, content, strengths and weaknesses) of journalism training and of their potential added value to journalism training. Exchanges built around the three themes:

Group 1 – SPORT
Facilitators Fabien Wille, Lille University, France
Regina Gouveia, I.P.G, Portugal

Group 2 – MEDIA
Facilitators Alexander Vojvoda, Radio FRO, Austria
Sue Caro, BBC, United Kingdom

Group 3 – DIVERSITY & NON DISCRIMINATION
Facilitators Mihaela Danga, CIJ, Romania
Mahmut Cinar, Bahçesehir University, Turkey

(Coffee break at mid-term)

1.00 pm Lunch

2.30 pm Media, Diversity & Racism in Sport – From Journalism Training to Media Literacy in Europe
Working groups
Finalisation of inclusion strategies of conceptual and methodological tools and of synopsis, to be finalised later, of modules and/or exercises structured around the three themes:

Group 1 – SPORT
Facilitators Fabien Wille, Lille University, France
Regina Gouveia, I.P.G, Portugal
Group 2 – MEDIA
Facilitators Alexander Vojvoda, Radio FRO, Austria
Sue Caro, BBC, United Kingdom
Group 3 – DIVERSITY & NON DISCRIMINATION
Facilitators Mihaela Danga, CIJ, Romania
Mahmut Cinar, Bahçesehir University, Turkey

(Coffee break at mid-term)
5.30 pm Media, Diversity & Racism in Sport – From Journalism Training to Media Literacy in Europe
Reports of the working groups
Plenary session
Sharing of working group results

Facilitators Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium


6.00 pm End of the day & Free evening



FRIDAY, 14TH OCTOBER, 2011


9.30 am Media, Diversity & Racism in Sport – Journalism & Media Training & Literacy in Europe
Presentation of inclusion strategies and synopsis
Plenary session
Presentation by each working group of the results of its works in relation to the three themes:
Group 1 – SPORT
Group 2 – MEDIA
Group 3 – DIVERSITY & NON DISCRIMINATION

Comments Michel Lecomte, Editor in chief sport Radio-TV, RTBF, Belgium

Facilitators Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
Patrick Verniers, Director, Media Animation, Belgium


11.00 am Coffee Break


11.30 am Media, Diversity & Racism in Sport – Journalism & Media Training & Literacy in Europe – The next steps
Plenary session
The next 5 national encounters – to deepen the proposals and to build modules and exercises
The Media Work Exchanges – Another MARS action to follow the exchanges and to deepen and finalize synopsis of exercises and modules
The MARS intranet website – A tool for following the work
The European Journalists for Diversity Face book Page – A network of exchanges and of work
Facilitator Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe
12.00 Media, Diversity, Racism in Sport - Journalism & Media Training & Literacy in Europe - Conclusions
Plenary session

Matteo Zacchetti, Deputy Head of Unit Media Programme and Media Literacy, DG Education and Culture, European Union Commission

Patrick Verniers, Director, Media Animation

Reynald Blion, Media & Diversity and Mars Programme Manager, Council of Europe


1.00 pm Closing Lunch


2.30 pm Departure of participants



Media, Diversity & Sport - Key Figures!


In Europe, only a quarter of news subjects are women, even though they account for over half of the European population (GMMP, 2010)! While immigrants represent around 10% of the EU population (Eurostat, 2011) migrants and ethnic minorities represent less than 5% of the main actors in the news in Europe (Ter Wal, 2004). Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender (LGBT) people represent roughly 6% of the population of the United Kingdom but account for less than 1% of the population seen on TV. 20% of the British population is disabled but less than 1% is represented in British TV (CDN 2009-10 Progress Report).

Through the sources they use, the subjects they select and the treatment they choose, the media influence the agenda (what to think about) and public perception (how to think) of contemporary debates. This is why the Council of Europe considers truly inclusive information - where everyone can participate as witnesses, players, producers etc. - to be crucial for social cohesion and democratic participation. But today, too many people are still excluded from public debates!

The MARS - Media Against Racism in Sport – EU / CoE joint programme chooses to focus, though not exclusively, on sport because it is considered as an important area for building social cohesion as it is also a major sector of investment in the media industry. However, sport media coverage does not reflect social and cultural diversity and does not ensure equity for all. Only 5% of press articles cover cultural and social aspects of sport; 40% of all sport articles refer to only one source and 20 % refer to no sources at all; female athletes have four times more chances to be covered by a female journalist rather than a male one but less than 5% of sport news and stories are made by female journalists (Play the Game, 2005)!

Building upon standards set by various Council of Europe bodies on media pluralism, expression of diversity and non discrimination and the outcome of the 2008-10 CoE’s antidiscrimination Campaign, the MARS – Media Against Racism in Sport – EU / CoE joint programme aims at considering non discrimination and expression of diversity as an ongoing angle of media coverage.

Through this approach applied to sport coverage, MARS wants to encourage innovative modes of media content production that could be reproduced in all media sectors and used by any form of media coverage. By stimulating media cross-practices in the field of training, ethics and production, MARS aims at implementing an inclusive and intercultural approach to media content production. To achieve these outcomes, the MARS programme offers media professionals (journalism students and trainers, journalists, media managers, etc.) to participate in National and European Media Encounters and Media Work Exchanges conceived as first steps towards a European media network against racism and for intercultural dialogue.


More – www.coe.int/mars !

 
Conclusions/Follow Up MEDIA, DIVERSITE & RACISME
DANS LE SPORT

REGARDS CROISES
FORMATION & EDUCATION AU JOURNALISME & AUX MEDIA
EN EUROPE


Rapport de la Rencontre Médiatique Européenne de Bruxelles
11. – 14. Octobre 2011
Conseil de l’Europe / Média Animation


Auteure : Anne-Claire ORBAN DE XIVRY, Consultante, Media Animation

INTRODUCTION


1. Des origines du programme MARS…

Si, depuis la création du Conseil de l’Europe, la question de la diversité est à l’agenda de ses travaux notamment par la défense et la promotion des valeurs telles que les droits de l’homme ou la démocratie, c’est à partir des années 90 qu’il s’empare plus spécifiquement de la question de la place de la diversité, des minorités et de leur expression au sein des media. Ces deux dimensions que sont la visibilité à l’écran et l’expression dans les contenus (prise de parole mais également participation à la conception de ces contenus) sont au cœur des travaux de la division Media et société de l’information du Conseil de l’Europe.

De ces premiers travaux se dégagent une série de recommandations invitant les gouvernements des états membres du Conseil de l’Europe à mettre en place des politiques favorisant l’accès de personnes issues de la diversité aux professions de l’industrie médiatique mais aussi à l’expression au sein de cette industrie.

En 2008, année européenne du dialogue interculturel, la publication du Livre Blanc pour un dialogue interculturel lance une nouvelle campagne « Dites non à la discrimination » qui favorise un travail direct avec les acteurs de l’industrie médiatique que ce soient les éditeurs, diffuseurs, journalistes, les producteurs sur ces questions d’inclusion de la diversité en termes de présence physique et de visibilité mais aussi concernant l’expression dans les contenus médiatiques. Cette campagne structure une première série de travaux du Conseil de l’Europe autour de trois dimensions (la formation, l’éthique et la production) et aboutit à la publication d’une boîte à outils pour la formation au journalisme incluant les questions de discrimination et de diversité, à une série de rapports autour de ces questions et à des productions croisées entre journalistes issus de pays européens différents et incluant la diversité et la non-discrimination dans leurs méthodes de production.

A l’issue de cette campagne en 2010, furent tirées deux conclussions. La première est celle de l’adhésion à ce type de travail direct avec l’industrie médiatique et sa prolongation notamment dans une collaboration avec la Commission Européenne. La seconde est le constat que les professionnels des media traitent de la diversité et de la discrimination en tant que telles mais qu’il est nécessaire de développer des réflexions de production permanentes quant à l’inclusion de la diversité dans les pratiques.

De ces conclusions se développe ainsi le programme MARS - Media & Anti-Racisme dans le Sport. Le choix du sport est institutionnel et stratégique. Institutionnel car l’Accord Partiel Elargi du Sport lance en 2009 un travail de réflexion sur la relation du sport et la lutte contre le racisme avec une attention plus particulière portée sur le rôle et la responsabilité des media. Stratégique car l’hypothèse est qu’à partir d’une thématique de couverture médiatique donnée, en l’occurrence celle du sport, on puisse travailler l’inclusion de la diversité et la non discrimination au cœur des modes de production.

Trois domaines sont développés au sein de ce programme :
• La gestion éditoriale et l’éthique dont l’objectif est de favoriser l’inclusion de la non discrimination et l’expression de la diversité dans l’éthique professionnelle des journalistes.
• La production médiatique croisée entre journalistes issus de pays européens différents.
• La formation par le développement d’outils pédagogiques et méthodologiques à l’attention de formateurs de journalistes et d’éducateurs aux media.

La rencontre européenne de Bruxelles s’inscrit dans ce troisième axe.


2. … à la rencontre européenne de Bruxelles

Avec l’objectif d’encourager les échanges et le partage des pratiques professionnelles en matière de formation au journalisme et d’éducation aux media portant sur les questions de sport, de non-discrimination et d’expression de la diversité, le Conseil de l’Europe met en place une série de rencontres entre formateurs en journalisme et éducateurs aux media en partenariat avec Média-Animation asbl incluant le plus large réseau d’éducateurs aux media en Europe.

Lors d’une rencontre européenne et puis d’une série de rencontres nationales, les formateurs et éducateurs visent à développer et à rassembler des outils méthodologiques et pédagogiques de leurs deux secteurs afin que les futur/es journalistes mais aussi les journalistes en position soient en mesure d’appréhender la non discrimination et l’expression de la diversité comme un angle permanent de couverture pédagogique.

La rencontre européenne s’est déroulée à la Maison des Associations Internationales de Bruxelles du 11 au 14 octobre 2011 et a rassemblé une cinquantaine de participant(e)s issus de la formation au journalisme et de l’éducation aux media de divers pays européens.

A partir d’une approche croisée formation au journalisme et éducation aux media, les participants ont travaillé de manière active au sein de différents ateliers thématiques (sport, média, diversité) afin de croiser leurs pratiques et expériences respectives. Dans ce processus d’échanges en groupes de travail, il était attendu des participants de proposer des synopsis de stratégies d’intégration des outils conceptuels et méthodologiques de l’éducation aux media dans les cursus de formation au journalisme, et inversement.

Comme la rencontre européenne était la première rencontre dédiée à cette thématique, il s’agissait également de baliser les approches et de s’appuyer sur la dynamique des travaux afin d’orienter les 5 rencontres nationales programmées par la suite.

Ces divers matériaux sont finalisés lors des différentes rencontres nationales qui sont organisées entre novembre 2011 et décembre 2012 en Italie, Finlande, France, Roumanie et Belgique .



3. Education aux media et Formation au journalisme : une méthodologie en regards croisés.

Qualifiée d’expérimentale, la méthodologie choisie pour ce travail est celle d’une approche croisée entre l’éducation aux media et la formation au journalisme. L’objectif est de tirer parti de leurs regards respectifs sur les questions de diversité et de non-discrimination. Il est posé l’hypothèse qu’en utilisant les outils de l’éducation aux media, nous puissions faciliter le développement d’une formation différenciée des journalistes notamment en développant un regard critique des professionnels des media sur leurs propres pratiques. Et inversement, nous postulons que les outils de la formation des journalistes puissent permettre de renforcer l’éducation aux media qui vise à développer du côté des publics un regard critique sur la manière dont ils reçoivent les messages médiatique ; ce débat autour des questions de la diversité et de non discrimination ne se posant pas uniquement sur le rôle et la responsabilité des media et leurs professionnels mais aussi sur ceux des auditeurs et des lecteurs interactifs que nous sommes.

Par ailleurs, cette démarche en regards croisés redouble d’intérêt auprès des éducateurs aux media qui, lors d’un colloque international dans le cadre de la Présidence Belge de l’Union Européenne portant sur l’éducation aux media tout au long de la vie (Bruxelles, 2010 ), avaient recommandé que l’éducation aux media soit développée dans la formation initiale et continue des professionnels des media.

En guise d’introduction à cette méthodologie, les deux champs que sont la formation au journalisme et l’éducation aux media ont travaillé et puis partagé leurs apports réciproques en terme d’attentes ainsi que leurs liens avec les questions de diversité et de non discrimination.

Du côté de l’éducation aux media, les professionnels sont d’accord pour dire que la définition de leur domaine est une vieille et complexe question qui varie selon les contextes et les pratiques mais que cette diversité constitue justement un atout de la discipline. Ils circonscrivent le champ de l’éducation aux media au moyen de quatre objectifs : développer l’autonomie des citoyens au sein de l’univers médiatique, encourager un recul critique vis-à-vis des contenus et des pratiques médiatiques, favoriser le dialogue et une réflexion sur la diversité et le dialogue interculturel ; et enfin, encourager la créativité, la participation et la libre expression des utilisateurs dans le contexte médiatique. Ils entendent l’univers médiatique au sens large : tout le monde en est partie prenante, des professionnels aux utilisateurs des media.

La diversité est une question centrale de l’éducation aux media notamment sur les questions de représentation et de visibilité puisqu’elle s’attache à rendre « visibles les invisibles » et à réfléchir sur les motifs des différences dans les traitements médiatiques. De plus, par sa culture du débat, l’éducation aux media promeut l’interculturalité dans la mesure où il s’agit aussi d’encourager l’échange d’opinions et la confrontation d’idées, et donc à remettre en cause sa propre culture, ses propres positions.

La thématique du sport fournit, elle, de nombreuses opportunités à une éducation aux media. Tout d’abord, particulièrement appréciée par les jeunes, elle est l’occasion d’un travail créatif et critique et peut même devenir le point de départ d’une certaine autonomie de ces publics grâce à la production d’expressions citoyennes et alternatives sur les questions de sport. Ensuite, le traitement médiatique du sport (storytelling, discours emphatiques et passionnés, …) se prête de façon intéressante à l’analyse du discours. Enfin, les différentes dimensions (économiques, politiques, culturelles, identitaires, …) inhérentes à toutes activités sportives et à leurs traitements médiatiques méritent le regard critique de l’éducation aux media.

Quant à leurs apports à la formation au journalisme, les éducateurs aux media considèrent que leur approche globale des différents aspects du travail journalistique est un point de vue utile aux pratiques de ces derniers davantage découpées en techniques et en secteurs. Surtout, elle peut favoriser chez les professionnels des media un retour critique sur eux-mêmes. Ce qui, dans le rythme effréné de salles de rédaction, est une pratique de plus en plus rare.

Du côté de la formation au journalisme, elle est se définit communément comme un apprentissage des moyens de recherche pour mieux connaître la société. Mais c’est surtout au niveau de ses trois modes (initiale, continue et informelle) qu’elle retient l’attention des participants. Il est en effet observé que les parcours des journalistes sont très divers et qu’on ne peut se centrer sur une formation uniquement initiale. D’ailleurs, les coûts financiers qui lui sont liés sont relevés comme des freins dans l’accès à ces écoles pour un public d’étudiants issus de la diversité. De plus, dans la perspective de programmes de formation « tout au long de la vie », il est débattu l’idée d’une « licence » ou de toute autre forme de certification pour les journalistes ainsi formés et servant de mécanisme de contrôle sur la qualité de la profession.


En ce qui concerne les questions de diversité et de non-discrimination, il est posé le constat que dans la plupart des programmes de formation, elles font rarement l’objet d’un cours spécifique mais transparaissent parfois dans certaines méthodes et cursus de formation. Pour les formateurs en journalisme, l’enjeu est davantage celui d’une réflexion sur l’intégration de la diversité de manière pragmatique au sein des pratiques professionnelles et non comme une obligation de traitement d’un type « politiquement correct ». Une manière d’y parvenir serait de favoriser la confrontation de points de vue différents au moyen de rencontres entre journalistes de milieux ou de contextes différents lors des formations ou au sein des salles de rédaction.

Enfin, les technologies en réseaux apparaissent pour les formateurs en journalisme comme des nouvelles opportunités de formation tout au long de la vie mais également d’intégration de la diversité et de la non-discrimination au sein des pratiques professionnelles.


PREMIERE PARTIE : MEDIA, DIVERSITE ET RACISME DANS LE SPORT – C’EST QUOI LE PROBLEME ?

1. Des enjeux institutionnels

Ponctuant la rencontre en guise d’introduction ou de conclusion, quelques perspectives institutionnelles ont fourni un cadre politique aux différentes réflexions et actions échangées et relevées entre formateurs au journalisme et éducateurs aux media.

Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Egalité des Chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique), Madame Fadila Laanan a souligné quelques enjeux clés d’une politique de diversité dans les media en Belgique francophone. Le baromètre de l’égalité et de la diversité dans les media audiovisuels opéré au moyen d’une analyse systématique des contenus produits et diffusés par les chaînes de télévision belges francophones (information, sport, divertissement) souligne trois tendances générales relatives aux différences de traitement médiatique :

- Malgré la relative parité des femmes et des hommes parmi les présentateurs, les femmes souffrent d’un important déficit de visibilité. Ce déficit s’accentue quand il s’agit de femmes de plus de 35 ans. Les femmes sont moins présentes parmi les experts et les porte-paroles sollicités par la télévision. Elles apparaissent moins souvent que les hommes en tant que journalistes, elles sont moins souvent interrogées que les hommes et lorsqu’elles prennent la parole, elles sont moins souvent identifiées qu’eux.

- En ce qui concerne la question de la diversité culturelle à l’écran, les personnes vues comme « non-blanches » sont bien présentes dans le sport et les divertissements. En revanche, leur représentation est faible lorsqu’il s’agit d’illustrer l’opinion publique, et très faible pour les rôles considérés comme les plus importants ou prestigieux (les journalistes, les animateurs, les porte-parole ou les experts). Il faut également noter que les personnes perçues comme « non-blanches » sont surtout sollicitées sur des thématiques qui les concernent spécifiquement : l’immigration, l’intégration, etc. et sont donc d’autant moins représentées sur des sujets plus généralistes.

- La présence de personnes porteuses de handicap visible est marginale. Elle se manifeste essentiellement dans des séquences portant sur des thématiques qui leur sont spécifiques.

Producteur d’indicateurs, ce baromètre ne porte que sur les media audiovisuels et il a été complété par une étude sur la presse francophone ; une étude complémentaire sur la diversité des effectifs journalistiques en Belgique francophone est aussi en cours de préparation. Il fait partie d’un programme d’actions plus global de la Fédération Wallonie Bruxelles qui vise également à favoriser la diffusion de bonnes pratiques, l’organisation de tables rondes (au sein de l’association des journalistes professionnelle) et la mise en place de modules de formation progressivement intégrés dans les études de journalisme.

Responsable de la Division des politiques culturelles, de la diversité et du dialogue du Conseil de l’Europe, Irena Guidikova positionne plus largement le programme MARS au sein des travaux sur la diversité, l’intégration et l’égalité du Conseil de l’Europe. Elle rappelle que la gestion de la diversité est à l’agenda du Conseil de l’Europe depuis plusieurs dizaines d’années et que les questions d’interculturalité, d’intercompréhension et d’intégration sont abordées dans la perspective des Droits de l’Homme en particulier. En 2008, ce travail s’est concrétisé par la publication du Livre Blanc sur le Dialogue Culturel, résultat d’une large consultation avec les parlementaires, les autorités locales, les organisations non gouvernementales, les media, etc. des quarante-sept états membres. Il y avait déjà une vraie compréhension partagée quant aux problèmes liés au traitement de l’intégration des communautés. L’un deux est notamment relatif à la ségrégation sociale et mentale entre les cultures majoritaires et minoritaires. La société dominante ne fournit que trop peu d’effort quant à son ouverture d’esprit aux bénéfices de la diversité. Bénéfices rarement reconnus par le débat politique et spécialement au niveau national mais déjà largement pris en compte par les entreprises sur un niveau économique.

L’approche interculturelle qui est proposée dans le Livre Blanc n’est pas nouvelle au sens où le terme de l’interculturalité est déjà largement utilisé dans de nombreux pays. Néanmoins, c’est la première fois qu’on tente de construire un modèle avec les différents éléments de cette approche. Sans aller en détail dans tous ses aspects, deux piliers de cette approche culturelle sont relevés : le discours médiatique et le discours public. En effet, le développement d’une compréhension collective sur les valeurs communes et le partage d’une identité qui est plurielle sont rendus difficiles dans une société où il n’y a pas de représentation de la diversité dans les media aussi bien dans les sujets que dans l’expression des personnes, ou même à l’intérieur de la profession journalistique. La diversité et ses bénéfices doivent être portés autant par les media que par les leaders politiques qui doivent exprimer leur position en faveur de la diversité. De plus, il est important d’encourager et de favoriser le débat public continu à propos de la diversité, ses enjeux, ses difficultés. Pour ce faire, les media jouent un rôle clé. Ils peuvent favoriser de meilleures communications dans la société du moins s’ils sont précisément au courant de ce rôle clé et de leurs responsabilités sociales. C’est pourquoi il est primordial de construire un cadre de réflexions ainsi que des outils pour une sensibilisation aux enjeux du métier de journaliste dans une société multiculturelle.

Du côté de la Commission Européenne, et en particulier de la direction générale Justice, Massimo Serpieri partage leurs tentatives d’intégrer l’accent de la non discrimination au sein des différentes communications et actions de la Commission Européenne. Leur volonté est d’avoir un dialogue politique avec les états membres non seulement pour échanger des bonnes pratiques mais aussi pour essayer d’insérer autant que possible les valeurs de la non-discrimination dans leurs actions et leurs priorités politiques. D’autres actions de soutien et de recherche sont menées en collaboration avec des organisations non gouvernementales ou les partenaires sociaux. Leur dernière campagne de communication centrée sur la diversité et la non-discrimination visait à sensibiliser et informer les populations sur leurs droits en cas de discrimination (législations, recours, …).

Le concours annuel « Tous contre les discriminations ! » vise par ailleurs à sensibiliser le secteur journalistique à leur rôle sur cette question. Il précise en effet que c’est un des rôles parmi d’autres des media que d’être garants de cette valeur ajoutée : la non-discrimination n’est pas juste une question politique mais également culturelle. Et alors que nous sommes face à une situation de crise économique, que les stéréotypes, le racisme et la violence sont en augmentation, le rôle des media de fournir des informations justes et d’informer l’opinion publique est d’autant plus important. D’où l’enjeu également de la formation de ces professionnels.

En ce qui concerne le sport, il y a eu dernièrement un engagement politique en ce domaine à travers une communication sur le sport reprenant la question de l’inclusion sociale. Il s’agit également d’un encouragement à des collaborations entre les media et les organisations sportives dans la promotion d’un sport de qualité et d’inclusion sociale.

Dans son intervention qui concluait la rencontre, Matteo Zacchetti, responsable du programme éducation aux media au sein de la direction générale Education de la Commission Européenne, a rassemblé les différentes actions relatives à l’éducation aux media menées à l’initiative de son institution. Il a tout d’abord rappelé que l’éducation aux media avait été définie à ce niveau autour des trois compétences que sont l’accès, la compréhension (et l’évaluation) et la création (et la communication) aux et à travers les media quels qu’ils soient et ce, tout au long de la vie. Elle est également intrinsèquement liée à la citoyenneté, à la liberté, aux droits de l’Homme et à la démocratie.

Une première communication a été adoptée en 2007 et compte notamment parmi ses objectifs politiques l’augmentation de la sensibilisation et de la promotion de l’éducation aux media à travers l’Europe. Cette communication a été suivie par une recommandation de la Commission Européenne pour les états membres dont un des principaux éléments est l’invitation à ouvrir un débat sur la possible inclusion de l’éducation aux media dans les programmes scolaires, la situation étant très hétérogène d’un pays à l’autre. Une autre recommandation s’adresse également aux industries médiatiques considérées comme des acteurs de la promotion de l’éducation aux media.

Deuxièmement, le constat d’un manque complet de critères d’évaluation des niveaux de l’éducation aux media a suscité le lancement de recherches sur ces critères et sur les niveaux d’évaluation.

En terme d’actions futures, il est prévu de poursuivre le travail sur les critères d’évaluation notamment en lançant un exercice d’évaluation en Europe en coopération avec les états membres, les autorités nationales et régionales ainsi que de travailler avec les différents représentants des états membres sur les questions de l’intégration de l’éducation aux media dans les écoles. Et ce, notamment à l’horizon de « Europe 2020 » qui parmi les objectifs de sa stratégie vise à résorber en partie le décrochage scolaire. L’éducation aux media et au cinéma mais aussi le sport pourraient contribuer à l’émergence de nouvelles dynamiques dans les écoles en termes de motivation, d’intégration, de méthode d’apprentissages, etc.


2. Des questions de terrains

Travailler à la construction de dispositifs de formation au journalisme utilisant les apports de l’éducation aux media, et vice-versa, pour renforcer l’expression de la diversité dans le journalisme, notamment de sport, amène son lot de questionnements et de considérations, longuement débattus au sein des différents ateliers de la rencontre européenne de Bruxelles.

Sans être exhaustif, nous tenterons de les circonscrire et de les poser comme cadre de réflexion à la mise en œuvre de dispositifs pédagogiques.


Diversité, identité et inclusion.

Qualifiée de complexe, la notion de diversité se rapporte à de nombreux aspects tels que le genre, l’âge, l’appartenance ethnique, la classe sociale, l’orientation sexuelle, la foi, l’handicap, etc. Et à une attitude qui tenterait d’opposer, voir de catégoriser, ces critères, une approche positive et inclusive est préférée. Elle est d’ailleurs pointée comme une richesse de notre société mais dont les bénéfices et sa valeur ajoutée pour un vivre-ensemble sont encore trop peu perçus par l’opinion publique.

De plus, il est rappelé qu’un de ces critères ne peut être le seul élément identifiant d’une personne ; l’identité de chacun étant multiple. Dans la relation médiatique, la notion d’identité est d’ailleurs centrale. Les media co-construisent différents modèles de la société auxquels chacun est amené à s’identifier. Particulièrement porteurs d’éléments identificatoires, les media de sport jouent sur des mécanismes d’identification, individuelle ou collective. Cette spécificité du journalisme de sport renforce d’autant plus la nécessité de travailler sur les questions de diversité et de discrimination inhérentes à ces productions médiatiques.

La problématique de la discrimination au sein des media est elle-même complexe et plusieurs constats sont posés. Par exemple, la question de la visibilité médiatique de certaines catégories de personnes se pose davantage en termes de qualité que de quantité, et ce malgré l’approche fréquemment retenue par les groupes médiatiques où les recrutements seront guidés par le nombre. La représentativité des journalistes au sein des comités de rédaction entraine la question de l’accès aux formations initiales. Par ailleurs, les systèmes visant à faciliter l’accès à la profession via une préparation adaptée à l’entrée des écoles et se basant davantage sur des critères sociaux, et non sur des compétences, peut rester fragile. Enfin, il existe un cercle vicieux entre la mauvaise représentation de certains groupes dans les media et leur autocensure à l’accès à la profession de journaliste.

Pour conclure, il fut observé qu’une approche de la diversité devait être l’ADN de toute formation au journalisme et à l’éducation aux media et non un module supplémentaire spécialisé afin de susciter des réflexes de pratiques inclusive. Car la diversité dans les media n’est pas seulement de l’ordre de la présence et de la visibilité, elle doit exister aussi dans l’expression des contenus.


L’opportunité de la question du sport

Bien qu’il s’agisse d’encourager l’émergence de modes innovants de production quels que soient les secteurs médiatiques, le point de départ qu’est l’approche de la diversité et de la non-discrimination appliquée aux questions de sport a suscité néanmoins de nombreuses réflexions quant à ce genre jugé particulier qu’est la couverture médiatique du sport. Certaines de ses spécificités ont été épinglées.

Une première est relative à sa légitimité culturelle. Il a été posé le constat que le sport était doté d’une faible valeur culturelle, du moins dans un contexte éducatif, aussi bien dans les pratiques de formation journalistique que celles d’éducation aux media. Et pourtant, le sport est qualifié dans le même temps d’universel et de populaire et donc de grand intérêt médiatique. Cette contradiction perçue renforce la pertinence de saisir la couverture médiatique du sport comme objet d’éducation aux media et de formation journalistique.

En second lieu, il apparait qu’en Europe, il existe très peu de formations, initiales ou continues, spécifiques au journalisme de sport. Deux entrées au parcours de journaliste de sport sont identifiées. Il s’agit soit de celle liée à la pratique sportive soit celle impliquant une formation au journalisme intégrant les dimensions du sport. L’acquisition d’expériences au contact de ses collègues étant la principale perspective de formation. Au sein même de la rédaction, le journalisme de sport apparait d’ailleurs comme un microcosme en comparaison aux autres matières journalistiques.

Troisièmement, parce que le sport est a priori considéré comme factuel, le rôle du journalisme de sport dans notre perception du monde est rarement interrogé. Les éditeurs ou journalistes de sport ne sont pas eux-mêmes sensibilisés à leurs influences grandissantes dans la société quand ils traitent d’une façon ou d’une autre un évènement sportif. Un travail préparatoire à tout dispositif de formation au journalisme de sport consisterait à les sensibiliser à leur rôle de co-constructeur de sens sur et dans la société, et donc à leur responsabilité sociale à l’instar des autres genres journalistiques.

Enfin, il ressort que la large audience du journalisme de sport et son approche majoritairement positive est une opportunité intéressante pour le traitement des questions de la diversité et son intégration dans les pratiques de production. Les évènements sportifs majeurs ont notamment été pointés comme des occasions à saisir pour une couverture médiatique inclusive de diversité. Et plus largement, des collaborations entre les media et les organisations de sport permettraient une approche de la diversité encore plus globale, au cœur des pratiques et des mentalités.


Volontarisme, intérêt économique ou contrainte ?

Lors du débat, la question de la motivation des groupes médiatiques à favoriser un journalisme intégrant la diversité dans ses pratiques de production a récolté de nombreux témoignages. Plus précisément, les cas mentionnés se sont positionnés sur la tension « responsabilité sociale vs valeurs économiques.».

La plupart des groupes médiatiques de service public ont intégré la question de la diversité au sein de leurs cahiers des charges. Pour certains, cette obligation figure en terme de promotion/communication ; pour d’autres elle est intégrée plus profondément dans les pratiques de production. Du côté des groupes médiatiques privés, l’intégration de la diversité dans la production est concomitante à l’évolution de leurs audiences : plus diversifiées. Ils se montrent dès lors intéressés à promouvoir la diversité du moins en terme de visibilité.

La nature de la motivation reste moteur des changements de mentalité et de pratiques quant à l’intégration de la diversité dans les modes de production. En Europe, se créent différents systèmes d’incitation à l’intégration de la diversité au sein des pratiques médiatique. Ainsi, le groupe France Télévision (France) a mis en place un comité permanent de la diversité qui a pour mission de mettre en place des indicateurs de suivi de la présence de la diversité au sein du groupe et de ses programmes et de l’aider à promouvoir cette représentation de la diversité tant à l’écran que dans l’entreprise. Du côté du Royaume Uni, le CDN - Creative diversity network (réseau de la diversité créative) rassemble les principaux diffuseurs et industries de productions indépendantes du pays afin d’améliorer la représentation des diverses minorités à la télévision à la fois sur l'écran et derrière la caméra. Il se concentre sur un travail de partage des compétences, des ressources et des modèles de bonnes pratiques. Dernièrement, ils ont établi dans ce réseau une « charte de la diversité », un engagement public des sociétés de production indépendantes et des diffuseurs à prendre des mesures quantifiables pour améliorer la diversité dans l'industrie de la télévision.

La perspective d’une régulation de l’intégration de la diversité dans les pratiques médiatiques ne fait quant à elle pas l’unanimité. Sans désirer mettre en cause la liberté de la presse, certains avancent cependant l’idée de structurer l’ensemble des moyens qui permettraient d’assurer la responsabilité sociale des journalistes et des media. D’autres ne peuvent concevoir un quelconque processus de contrôle du travail de journaliste concernant cette thématique. Quoiqu’il en soit, il est cependant entendu que tout processus de régulation ne peut évincer l’intérêt de la formation.


Diversité de media

Les liens entretenus entre les media grand public et les media locaux ont également animé le débat en spécifiant par exemple la complémentarité qui pourrait être exploitée entre ces deux modes de productions médiatiques notamment pour contrer l’émergence de « media - ghetto ». L’expertise et la proximité qu’entretiennent les media locaux dans des régions ou des groupes pourraient être valorisées dans un partenariat avec les groupes médiatiques grand public. D’autant plus sur la thématique sportive puisque ces premiers couvrent des catégories de sport plus diversifiées et généralement avec des angles différents par rapport à ceux des évènements sportifs majeurs. Il a donc été pointé l’intérêt d’inclure, et même de soutenir, les journalistes de proximité dans des programmes de formation et d’échanges professionnels ou dans des projets d’éducation aux media tout en respectant la spécificité de leurs pratiques et de leurs approches.

Enfin, à maintes reprises, l’influence grandissante des technologies en réseaux dans l’accès à l’expression individuelle ou collective a été soulignée. Elles amènent un élément décisif : les journalistes ont perdu le monopole de l’information, le monopole d’être prescripteurs. Aujourd’hui, tout le monde peut devenir son propre éditeur et exprimer son point de vue. Au regard de l’éducation aux media, cette opportunité mobilise un ensemble de compétences techniques, sociales mais aussi informationnelles et critiques qui sont à développer. Ainsi, de nombreuses pistes pédagogiques de formation proposées ont pour objectif le développement de l’autonomie des jeunes, des groupes minoritaires, des communautés locales en vue de l’expression d’eux-mêmes et la confrontation des points de vue.


De l’usage des stéréotypes

Lors des travaux et débats sur la lutte contre la discrimination, nous entendons souvent qu’il faut lutter contre les stéréotypes. Or il est rappelé que le récit médiatique fonctionne sur base de stéréotypes. Ces derniers en sont constitutifs et nécessaires pour la compréhension du vivre-ensemble. Il s’agit donc davantage de les diversifier, de prendre distance par rapport à la manière dont on les utilise pour son récit plutôt que de les bannir ou les nier. Il s’agit d’un enjeu à la fois pour l’éducation aux media et pour la formation de journalistes.

Plus largement, l’expression de la diversité au sein des contenus médiatiques concerne la compétence de la rhétorique. La mise en récit d’éléments factuels oblige à un choix de mots justes et équilibrés et entraine avec elle le débat de ce qui constitue la valeur d’information bien que, comme le rappelle les éducateurs aux media, la rhétorique s’intègre dans un discours médiatique plus large fait de contextes, d’images et de choix.



DEUXIEME PARTIE – DES PISTES PEDAGOGIQUES POUR DES STRATEGIES D’INTERVENTION


Suivant l’objectif principal de cette rencontre et outre les différents enjeux et balises mentionnées ci-dessus quant à l’expression de la diversité dans les media, les participants ont travaillé à la réflexion, la présentation et la construction d’outils méthodologiques et pédagogiques de formation au journalisme et d’éducation aux media afin que les journalistes, futur/es ou en position soient en mesure d’appréhender la non discrimination et l’expression de la diversité comme un angle permanent de couverture médiatique.

Sur base d’échanges d’expériences et de pratiques, ils ont fait émerger de nombreuses idées d’activités pédagogiques de sa simple mention à une élaboration plus fine. Après certains commentaires généraux liés aux dispositifs de formation de ce type, nous tenterons de dessiner un panorama général des pistes pédagogiques.


1. Préalables

Il nous faut mentionner des enjeux liés aux dispositifs de formation professionnelle eux-mêmes. Se posant tantôt comme des pré-requis tantôt comme des points de vigilance, ces enjeux sont relatifs à l’intégration de modules de formation à l’expression de la diversité au sein des media dans le cadre des programmes de formation professionnelle des journalistes, initiale ou continue.

Tout d’abord, la question de l’accessibilité a été soulevée. En termes aussi bien financiers que méthodologiques, les dispositifs de formation devraient être rendus accessibles à tout futur/e journaliste ou journaliste en position.

D’un point de vue organisationnel, la flexibilité est relevée comme une condition nécessaire à un dispositif de formation continue des journalistes professionnels. Ainsi, un programme de formation à l’expression de la diversité au sein des pratiques journalistiques pourrait être structuré sous la forme de « packs » à suivre graduellement au travers de modules dispensés par un formateur, de sessions de rencontres ou dans un processus d’e-learning.

Troisièmement, il apparaît qu’un ancrage interne au sein du groupe médiatique facilite la mise en place de dispositifs de formation continue à l’expression de la diversité. Les responsables et les décideurs des groupes constituent donc une cible à part entière d’une sensibilisation à l’expression de la diversité.

Quatrièmement, pour tout dispositif de formation en ligne ou s’appuyant sur les media en réseaux, il est nécessaire de développer les compétences de participation aux communautés virtuelles de nos publics cibles. Les méthodes pédagogiques de l’éducation aux media peuvent notamment être employées à cet effet.

Enfin, et pour rappel, la tâche de définition de la diversité a été signalée comme point de départ de tout dispositif de formation la traitant.


2. Champs d’intervention

Principalement énoncés sous la forme de pistes pédagogiques, de nombreux exemples et idées ont été partagés lors de la rencontre. A leur analyse, ces propositions reflètent cinq principaux champs d’intervention : quatre de l’ordre de la formation et l’un de la régulation.

Le premier vise à la sensibilisation des publics quels qu’ils soient. L’objectif consiste à les éveiller à une approche positive et inclusive de la diversité et de susciter leur intérêt. Cette prise de conscience est considérée comme une première étape nécessaire à la mise en place de formations et à la modification de pratiques (pour les journalistes) ou d’attitudes (pour le grand public).

Rassemblant les initiatives favorisant les liens, le deuxième groupe est de l’ordre de la rencontre ou de l’immersion. Des programmes d’échanges, des partenariats, des visites dans les écoles, des salles de rédaction ouvertes, des réseaux sont autant de propositions lancées en vue de favoriser la rencontre avec l’altérité : rentrer en contact avec des groupes de personnes, des pratiques professionnelles, des points de vue différents.

Le troisième champ regroupe toutes les activités pédagogiques relevant de l’analyse. Décrypter, comparer, observer, surveiller, évaluer sont des méthodes utilisées en vue de comprendre et de se positionner face à l’objet médiatique. Le processus de construction/déconstruction/reconstruction du message est mentionné comme une démarche analytique permettant de travailler sur les rôles du récit médiatique en tant que construction de la réalité. De plus, l’analyse, outil récurrent de l’éducation aux media, facilite la formation d’une opinion critique, voir même d’une auto-évaluation de ses pratiques médiatiques.

Un quatrième ensemble se dessine autour des activités de type production. Nombreuses sont les propositions pédagogiques favorisant des travaux pratiques et créatifs autour des questions de diversité. Elles mettent en avant la méthode du learning by doing (l’apprentissage par la pratique) et peuvent comporter des aspects techniques en vue de favoriser ou d’améliorer une expression médiatique qu’elle soit professionnelle ou « citoyenne», individuelle ou collective.

Plus éloignées du registre de la formation, les propositions concernant des mécanismes de régulation forment un dernier champ d’intervention. Il s’agit des différentes stratégies normatives qui pourraient être mises en place en vue de favoriser une expression de la diversité au sein des media. Tantôt épinglées comme atteintes à la liberté de la presse tantôt élevées au rang de garanties, elles ne font pas l’unanimité auprès des participants. Néanmoins, à travers les tensions qu’elles drainent, elles ont le mérite de poser les interrogations et notamment celles concernant la nature des motivations.

En somme, nous pourrions positionner ces cinq champs stratégiques d’intervention sur un axe dont l’une des extrémités serait de l’ordre d’une approche philosophique de la diversité, et l’autre d’une approche davantage normative. Entre ces deux extrémités se dessinent des pistes pédagogiques pour une mise en œuvre pragmatique de la diversité.


3. Publics Cibles

Au sein de ces différents champs d’intervention, les pistes pédagogiques se répartissent également selon leur public cible, à savoir les journalistes, les étudiants en journalisme, le « grand public », et les communautés minoritaires :

• Par journalistes, nous entendons l’ensemble des personnes exerçant un rôle au sein des groupes médiatiques (Les journalistes eux-mêmes, les techniciens, les responsables, les animateurs, les reporters, les syndicats de journalistes, etc.) et qui pourraient être amenés à suivre un programme de formation professionnelle continuée. Il reste la question des pigistes : comment inclure cette catégorie plus « volante » au sein des dispositifs de formation ?


• Les étudiants en journalisme regroupent ceux qui suivent une formation initiale en journalisme en vue d’en faire leur métier.

• Le groupe du « grand public » est quant à lui bien plus hétérogène car il représente tantôt l’audience, tantôt le public scolaire (élèves, enseignants), tantôt la société civile, tantôt les communautés locales, etc.

• Enfin, par le terme « communautés minoritaires », nous signifions les groupes de personnes non-représentées ou mal-représentées au sein des media et potentiellement discriminées.

Pour finaliser ces portraits des publics potentiels, il reste à signaler que les sportifs eux-mêmes ont été rarement signalés comme partie prenante des dispositifs de formation proposés. Et enfin, les décideurs politiques et organisations politiques ont été perçus davantage dans un rôle de soutien à ces dispositifs de formation (ou de régulation) qu’en tant que groupe cible.


4. D’un panorama de pistes …

Au sein d’un tableau (cf. Annexe 1), nous reprenons plus précisément une quarantaine de propositions émises par les formateurs au journalisme ou à l’éducation aux media. Elles sont établies selon le public cible envisagé lors de la rencontre mais pourraient, dans leurs approfondissements, être déclinées vers d’autres publics.


5. …Aux synopsis de formation

A partir des différentes pistes pédagogiques, il s’agirait de construire plus précisément et plus complètement les dispositifs de formation. Chacune d’elle nécessite un approfondissement en termes d’objectifs poursuivis, de méthodes mises en œuvre, de résultats attendus, de contenus utilisés et de contraintes identifiées.

Le dispositif et le temps imparti de la rencontre européenne de Bruxelles n’ont pas pu faire aboutir à ces résultats. Cependant, le potentiel en termes de création de matériaux destinés à la fois à la formation des journalistes et à l’éducation aux media pourrait être creusé au sein des rencontres nationales et des visites croisées du programme MARS.




CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES


En tant que première du programme MARS sur le volet de la formation, la rencontre européenne de Bruxelles a principalement délimité les champs d’intervention et d’interaction de la formation en journalisme et de l’éducation aux media sur les questions de diversité et de non-discrimination. Il s’agirait à présent de prolonger les réflexions et d’approfondir les idées de synopsis de formation émises lors de cette première rencontre.

Avant de présenter les différents moyens mis à disposition par le Programme MARS pour prolonger ces travaux, nous reprenons quelques interrogations restées en suspend lors des débats.


Des questions

Outre les différents éléments identifiés lors des débats , diverses questions ont été soulevées, considérées trop absentes dans les débats et nécessitant des réflexions à l’avenir :

- Quels pourraient être les outils pour la formation de formateurs ? Comment la mettre en place en ce qui concerne les questions de diversité et de non-discrimination ?

- Des processus de tutorat sont-ils envisageables ? Comment ?

- Sur ces questions de diversité et non-discrimination, pourrait-on s’appuyer sur les liens intergénérationnels ? Dans quels objectifs et de quelles manières ?

- Quelles sont les marges de manœuvres en termes de contrôle ou d’influence des journalistes sur des productions discriminantes produites à l’étranger ?

- En ce qui concerne les media locaux et régionaux, sont-ils porteurs d’enjeux différents voir nouveaux concernant l’expression de la diversité et de la non discrimination dans la couverture médiatique du sport ? Quels sont les portraits de leurs équipes journalistiques (parcours, accès à la formation continuée, …) ?

- Comment inclure les pigistes / les indépendants dans les stratégies de formation sur nos questions ?

- Comment sensibiliser les compagnies de production indépendantes à ces questions ?

- Sur la dimension de réception : quels sont ces publics consommateurs (et producteurs) d’informations sportives ? Comment se répartissent-ils selon les supports médiatiques ? Quels sont les contextes de réception ?


Et des moyens

Plusieurs moyens sont mis à disposition par le programme MARS en vue de prolonger les premiers travaux accomplis lors de la rencontre européenne de Bruxelles.


1. Les rencontres nationales.

Chaque pays européen a une histoire qui lui est propre tant dans le domaine des média qu’en ce qui concerne l’inclusion des diversités de sa population. L’histoire récente ou plus lointaine pour certains de l’immigration, et/ou de l’émigration pour d’autres, et de leur inclusion dans les dynamiques politiques, économiques, sociales et culturelles ont façonné des spécificités propres à chacun des pays européens. De même, le développement des média, les modalités de formation et d’accès aux professions et aux productions médiatiques ou encore les modes de régulation des media ou du sport varient aussi fortement d’un pays à l’autre en Europe.

C’est pourquoi, à la suite de cette rencontre européenne de Bruxelles, cinq séminaires nationaux sont développés entre novembre 2011 et décembre 2012 en Italie, France, Roumanie, Finlande et Belgique . Ils rassemblent des éducateurs aux media et des formateurs en journalisme respectifs de ces pays en vue de travailler à l’appropriation nationale des enjeux autour de media, diversité et sports.

Ils seront également l’occasion d’approfondir les pistes à exploiter en matière de formation au journalisme et d’éducation aux media par l’élaboration de dispositifs plus articulés.


2. Les échanges européens de pratiques professionnelles

Offerts comme une opportunité de s’ouvrir à d’autres pratiques professionnelles et d’élargir son réseau de contact, les échanges européens de pratiques professionnelles s’adressent à tous professionnel/les des media, actuels ou futurs, et éducateurs/trices aux media.

Par ces échanges, ils auront la possibilité d’accueillir un/e collègue appartenant à une organisation du secteur médiatique européen (centres de formation, media, organes de régulation ou d’autorégulation, syndicats, organisation d’éducation aux media, …) et d’être accueilli/e à leur tour par ce/tte même collègue ; et ce afin d’échanger leurs pratiques professionnelles et de réaliser ensemble un produit commun (exercices de formation, reportages médiatiques, études de cas…)


3. Outils en ligne

Sur le site internet du programme MARS (www.coe.int/mars), différentes ressources sont à disposition : unités de formations, productions réalisées, documents d’information, rapports et formulaires. Une version intranet, basée sur les échanges de documents et d’expériences, est également disponible et réservée aux participants des rencontres du programme MARS.


Pour conclure, en associant ces deux champs que sont l’éducation aux media et la formation au journalisme, le programme MARS a fait le pari de favoriser la rencontre de points de vue et de perspectives pour la mise en œuvre de formations facilitant l’inclusion de la diversité et la non-discrimination au sein des pratiques des professionnels de la formation des journalistes et de l’éducation aux media. L’organisation en groupes de travail a permis de nombreux échanges d’expériences et de bonnes pratiques à partir des angles media, sports et diversité. Ces échanges ont identifié également des pistes pour des activités pédagogiques à intégrer dans l’un ou l’autre de ces champs de formation sans pour autant les dissocier complètement. Ces résultats indiquent non seulement la pertinence de cette méthodologie invitant au décentrement par rapport à ses propres pratiques de formation mais également le potentiel des synergies et des partenariats à développer.




ANNEXES

 Annexe 1 – Panorama des pistes pédagogiques


Champs d'intervention Pistes pédagogiques Publics cibles
Sensibilisation Informer sur l'existence de codes de conduites, d'éthique, de chartres Grand public
Diffuser des campagnes sur la diversité Grand public
Sensibiliser au journalisme Grand public
Communautés minoritaires
Inviter à des ''portes ouvertes'' des médias Grand public
Communautés minoritaires
Jeu de rôles sur la diversité, se mettre dans ''les chaussures de quelqu'un d'autre'' Journalistes
Favoriser les débats sur la diversité au sein des rédactions Journalistes
Rencontres/immersion ''Journalistes en classe'' Etudiants en journalisme
Grand public
Programme d'échanges entre journalistes Journalistes
Présence de la diversité au sein des salles de rédaction Journalistes
Mettre en place un réseau de la diversité Journalistes
Favoriser les reportages de terrain Journalistes
Partenariat entre sportifs et journalistes pour la couverture d'évènements sportifs Journalistes
Accueillir des étudiants dans les salles de rédaction et les faire participer aux choix éditoriaux Journalistes
Etudiants en journalisme
Stages dans les industries médiatiques et programmes d'échanges Etudiants en journalisme
Accueillir des étudiants dans les salles de rédaction et les faire participer aux choix éditoriaux Etudiants en journalisme
Organiser un séminaire sur la diversité lors d'un évènement sportif Journalistes
Grand public
Organiser un festival de films internationaux avec ateliers de rencontres
Grand public
Partenariats entre écoles de journalisme et quartiers de ''cohésion sociale'' Etudiants en journalisme
Analyse Former à l'éducation aux médias Journalistes
Etudiants en journalisme
Module sur le rôle/influence du journalisme sportif dans notre société Journalistes
Construction/déconstruction de messages médiatiques (pouvoir du langage, titre, image) Journalistes
Etudiants en journalisme
Activité ''Agenda Setting'' Etudiants en journalisme
''Monitoring'' the media Etudiants en journalisme
Analyse de cas sur atteintes de la liberté de la presse (création d'un code éthique commun) Etudiants en journalisme
Réécrire des titres controversés d'une manière claire et concise Etudiants en journalisme
Analyse de films qui portent sur la diversité Etudiants en journalisme
Module sur le stéréotype (sa fonction, …) Etudiants en journalisme
Décryptage des différents types de sports dans les médias (la place des femmes, l'angle économique, …) Etudiants en journalisme
Grand public
Evaluer des publicités (renforcement des stéréotypes, connotations, ...)
Etudiants en journalisme
Grand public
Analyser ses productions (retours sur pratiques) Journalistes
Production Donner les compétences nécessaires à l'expression d'eux-mêmes
Communautés minoritaires
One, Two, Tweet Etudiants en journalisme
Production collective de courts films illustrant les conflits d'une communauté et rechercher une solution à ces conflits Etudiants en journalisme
Carte d'identité de soi et valorisation de la diversité du groupe Etudiants en journalisme
Enquête et reportage sur la multiculturalité Etudiants en journalisme
L'humour et les stéréotypes Etudiants en journalisme
Transposer les figures centrales de productions (schtroumpfs, Batman, …) dans d'autres contextes culturels Etudiants en journalisme
Grand public
Parodier des clips ou publicité en exagérant les stéréotypes Grand public
Donner la parole aux jeunes dans les médias notamment en les intégrant dans le staff de rédaction Grand public
Production collective avec des jeunes et des enfants Grand public
Journalistes
Formation aux nouvelles technologies (techniques et usages) Grand public
Communautés minoritaires
Mobiliser les publics qui sont en situation de discrimination à partir de leurs expertises Communautés minoritaires
Ouvrir l'antenne à des associations, groupes, … Communautés minoritaires
Journalistes
Régulation Mise en œuvre de code de conduites sur la diversité Journalistes
Diversifier les comités de rédactions Journalistes
Mise en œuvre de quotas Journalistes 
Participants MARS – MEDIA AGAINST RACISM IN SPORT
MARS – MEDIA & ANTI-RACISME DANS LE SPORT

EUROPEAN MEDIA ENCOUNTER
RENCONTRES MEDIATIQUES EUROPEENNES

Journalism & Media Training & Literacy in Europe
Formation & Education au Journalisme & aux Media en Europe


PARTICIPANTS
11.10.11 – 14.10.11


Maison des Associations Internationales
Brussels, Belgium
www.mai.org

Mathilde ALET
Conseillère
Conseil Supérieur de l'Audiovisuel
Communauté française
Boulevard de l'Impératrice,13
1000 Bruxelles
Belgique / Belgium
+ 32 2 349 58 79
mathilde.alet@csa.be / www.cas.be


Lida-Aglaia ASLANIDOU
Journalism BA Student
City University London
27 The Sheration, St Mark's hill
KT64PY Surbiton
United Kingdom / Royaume-Uni
+ 44 750 084 87 35
lida.aslanidou@gmail.com


Sophie ASLANIDOU
Professeur
ASPETE - Ministère de l'éducation nationale
Pl. Navarinou, 3
54622 Thessaloniki
Greece / Grèce
+ 302 310 283 038
saslan@otenet.gr


Rares BEURAN
Director
Babes-Bolayi University
Media Studio & Journalism Department
Cluj Napoca, Traian Mosoiu Street, 71
400132 Cluj Napoca
Romania / Roumanie
+ 40 724 268 471
rares.beuran@polito.ubbcluj.ro
www.ubbcluj.ro / www.ubbradio.ro / www.ubbtv.ro


Evelyne BEVORT
Directrice déléguée
Clemi - Centre de Liaison de l'enseignement et des médias d'information
391, bis rue de Vaugirard
75015 Paris
France
+ 33 1 53 68 71 38
e.bevort@clemi.org / www.clemi.org


Stéphane BIJOUX
Directeur délégué pour la diversité dans l'information
France Télévisions
7 esplanade Henri de France
75015 Paris
France
+ 33 1 56 22 22 08
Stephane.bijoux@francetv.fr / www.francetelevisions.fr



Etienne BONAMY
Former Chief Editor l'Equipe et l'Equipe Magazine
Freelance Journalist
1 place de La Chapelle
78120 Sonchamp
France
+ 33 6 07 16 69 00
ebo.presse@orange.fr



Daniel BONVOISIN
Animateur / Formateur
Média Animation
100, Avenue Emmanuel Mounier
B-1200 Bruxelles
Belgium / Belgique
+ 32 2 256 72 53
d.bonvoisin@media-animation.be / www.media-animation.be



Abel CARLIER
Professeur / Président Département Education permanente et médias
IHECS
58/60 rue de l'Etuve
B-1000 Bruxelles
Belgique
+ 32 2 512 90 93
abelcarlier@yahoo.com / www.ihecs.be



Sue CARO
Diversity Business Partner
BBC
201 Wood Lane
W12 7TS London
United Kingdom / Royaume Uni
+ 44 208 752 59 51
sue.caro@bbc.co.uk




Marian CHIRIAC
Editor
Balkan Investigative Reporting Network
Str. Gh. Petrascu, 16 / bl. B10, scara 3, ap. 58
Bucharest
Romania / Roumanie
+ 407 470 102 91
maricu13@yahoo.com / marian@birn.eu.com
www.balkaninsight.com / www.alerg.ro



Mahmut CINAR
Lecturer
Bahçesehir University Journalism School
Cigaran Cad. No 4-6
34353 Besitkas Istanbul
Turkey
+ 90 212 381 03 99
mahmut.cinar@bahcesehir.edu.tr



Yves COLLARD
Animateur / Formateur
Média Animation
100, Avenue Emmanuel Mounier
B-1200 Bruxelles
Belgium / Belgique
+ 32 2 256 72 37
y.collard@media-animation.be / www.media-animation.be



Marguerite CROS
Coordinatrice académique
Clemi - Centre de Liaison de l'enseignement et des médias d'information
Rectorat
533 rue Paul Parguel
34090 Montpellier
France
+ 33 4 67 91 50 40
marguerite.cros@ac-montpellier.fr / www.clemi.org



Mihaela DANGA
Deputy director
Center for Independent Journalism
Bd Regina Elisabeta, n°32
050017 Bucharest
Romania / Roumanie
+ 40 213 111 375
mihaela@cji.ro / www.cji.ro


Claire FRACHON
Consultante, journaliste, chef de projets
MEDIAEUROPADIVERSITY
Rue de Charenton, 225
75012 Paris
France
+ 33 1 43 42 35 29
clairefrachon@free.fr


Regina GOUVEIA
Director Multimedia Communication Graduate / Teacher
Instituto Politécnico da Guarda
Avenida Dr. Francisco Sa Carneiro, 50
6300-559 Guarda
Portugal
+ 351 271 220 135
rgouveia@ipg.pt / www.ipg.pt


Thierry GUILBERT
Directeur adjoint
IPJ - Institut Pratique du Journalisme
24, rue Saint Georges
75009 Paris
France
+ 33 1 72 74 80 23
tguilbert@ipj.eu / www.ipj.eu


Muriel HANOT
Directrice des Etudes et Recherches
Conseil Supérieur de l'Audiovisuel / Communauté française
Boulevard de l'Impératrice,13
1000 Bruxelles
Belgique / Belgium
+ 32 2 349 58 87
muriel.hanot@csa.be / www.csa.be


Patrick JAQUIN
Rédacteur en chef
France Télévisions / Service de la Médiation
7 esplanade Henri de France
75015 Paris
France
+ 33 6 84 14 63 90
patrick.jaquin@francetv.fr / www.francetelevisions.fr


Ibrar KHAN
BBC Journalist / 93.5Unity FM Board member / Central ITV Diversity advisory Panel Member
61 Dearman Rd - B11 1HH Birmingham
United Kingdom / Royaume-Uni
+ 44 121 773 84 82
ibrar.khan@hotmail.co.uk
Judit KLEIN
Editor
MTV - Hungarian Television Co.
Alsohavi str. 16
7624 Pecs
Hungary / Hongrie
+ 36 722 337 27
judit.klein@mtv.hu / www.mtv.hu


Suzanne KRUCSAY
Head of Media Department
Formerly - Federal Ministry of Education, Culture and Arts
Minoritenplatz, 5
1014 Wien
Austria / Autriche
+ 43 664 548 57 36
krusu73@live.at / www.medienimpulse.at


Anna-Maija LAINE
Coordinator
The Finish Society of Media Education
Pohjoisranta, 6
00170 Helsinki
Finland / Finlande
+ 358 50 501 73 30
maija.laine@mediakasvatus.fi / mediaeducation.fi


Razvan Cristian MARTIN
Project Manager
Media Monitoring Agency
Cl. Plevnei 98, Bl. 10 C, sector 1
Bucuresti
Romania / Roumanie
+ 40 213 134 047
razvan@mma.ro / www.activewatch.ro


Anna MELI
Indepedant Media & Diversity Expert
Via Jahier, 8
50 133 Florence
Italy / Italie
+ 39 055 588 550
ameli.cons@gmail.com


Anne-Claire ORBAN DE XIVRY
Via Carlo Alberto, 14A
Consultante Eduction aux media
21020 Ranco
Italy / Italie
+ 39 336 431 01 74
contact@acorban.be
Luis PEREIRA
Researcher
Communication and Society Research Centre
University of Minho
Rua Maria de Sousa, n°10, 1° esq. Frt.
4710-486 Braga
Portugal
+ 351 919 632 540
lumigopereira@gmail.com / www.comedu.blogspot.com



Maria RANIERI
Assistant Professor
University of Florence
Via Laura, 48
50121 Florence
Italy / Italie
+ 39 055 275 61 80
maria.ranieri@unifi.it / www.lte-unifi.net/elgg/mran/profile/



Damiano RAZZOLI
Intercultural Communication Officer
Intercultural Centre Mondinsieme
Via Marzabotto, 3
42121 Reggio Emilia
Italy / Italie
+ 39 052 258 54 33
damiano.mondinsieme@mondinsieme.org / www.mondinsieme.org



Yves RENARD
Directeur ESJ International
ESJ Lille - Ecole Supérieure de Journalisme
50 rue Gauthier-de-Châtillon
59046 Lille Cedex
France
+ 33 3 20 30 44 02
yves.renard@esj-lille.fr / www.esj-lille.fr



Françoise SCHÖLLER
Journaliste
France Télévisions
Place de Bordeaux BP 428
67005 Strasbourg cedex
France
+ 33 3 88 56 68 00
francoise.scholler@francetv.fr / www.francetelevisions.fr / www.france3.fr



Eric SCHWEITZER
Formateur
Clemi - Centre de Liaison de l'enseignement et des médias d'information
391, bis rue de Vaugirard
75015 Paris
France
+ 33 1 53 68 71 47
e.schweitzer@clemi.org / www.clemi.org



Marc SINNAEVE
Enseignant
IHECS
58-60 rue de l'Etuve
B-1000 Brussels
Belgium / Belgique
+ 32 2 512 90 93
marc.sinnaeve@galilee.be / www.ihecs.be



Sukhraj SOHAL
Director / BBC executive
The Ten Monkeys
Braybrooke House
Aylesbury Road / Tring
HP23 4DH Hertfordshire
United Kingdom / Royaume-Uni
+ 44 771 470 89 77
cajsohal@me.com / www.tenmonkeys.co.uk



Alessandro SORIANI
Educator
Zaffiria - Centre of Media Literacy
Via Luzatti, 15
47813 Bellaria
Italy / Italie
+ 39 541 341 642
ale.sorio@gmail.com / www.zaffiria.it



Laurent THIEULE
President
Sport et Citoyenneté
51, rue du Trône
1050 Brussels
Belgium / Belgique
+ 32 2 289 26 03
contacts@sportetcitoyennete.org / www.sportetcitoyennete.org



Vitor TOME
Lecturer
Politechnic Institute of Castelo Branco
Rua Amato Lusitano, 12, 7° esq
6000-150 Castelo Branco
Portugal
+ 351 962 400 163
vitor@rvj.pt / www.literacymedia.com


Evert VAN VOORST
Interim director
Windesheim University of Applied Sciences
Windensheim Campus 2-6 / Postbus 10090
8000 GB Zwolle
The Netherlands / Pays-Bas
+ 31 88 469 96 40
e.van.voorst@windesheim.nl / www.windesheim.nl


Tim VERBIST
Media Programme Manager
Evens Foundation
Stoopstraat 1/5
2000 Antwerpen
Belgium / Belgique
+ 32 3 231 39 70
tim.verbist@evensfoundation.be / www.evensfoundation.be


Alexander VOJVODA
Program Manager
Radio FRO 105,0 MHZ
Kirchengasse 4
4040 Linz
Austria / Autriche
+ 43 732 71 72 77 110
alexander.vojvoda@fro.at / www.fro.at


Attila VURGUN
Trainer
13 359 Berlin
Germany / Allemagne
+ 49 178 178 147 01
attila.vurgun@gmail.com


Sandrine YOODTS
Attachée
Direction Egalité des Chances
Ministère de la Communauté Française
Boulevard Léopold II, 44 (3C138)
B-1080 Bruxelles - Belgique
+ 32 2 413 30 12
sandrine.yodts@cfwb.be / www.egalite.cfwb.be
BELGIUM / BELGIQUE
Government French Community / Gouvernement Communauté française


Fadila LAANAN
Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des chances
Gouvernement de la Communauté française
Place Surlet de Chokier 15-17
1000 Bruxelles
Belgium / Belgique
fadila.laanan@gov.cfwb.be


Patrick LIEBERMANN
Coordinateur de la cellule égalité des chances
Ministère de la Culture, de l’Audiovisuel, de la Santé et de l’Égalité des chances
Gouvernement de la Communauté française
Cabinet de Mme Laanan
Place Surlet de Chokier 15-17
1000 Bruxelles
+ 32 2 801 70 44
patrick.liebermann@gov.cfwb.be



EUROPEAN UNION COMMISSION / COMMISSION UNION EUROPEENNE

Massimo SERPIERI
Policy Officer
DG Justice - Unit D4 Anti-Discrimination / European Union Commission
Rue du Luxembourg, 46
1000 Brussels
Belgium / Belgique
massimo.serpieri@ec.europa.eu / ec.europa.eu/antidiscrimination


Matteo ZACCHETTI
Deputy Head of Unit Media Programme and Media Literacy
DG Education and Culture / European Union Commission
B-1049 Brussels
Belgium / Belgique
+ 32 2 299 12 89
matteo.zacchetti@ec.europa.eu / ec.europa.eu/dgs/education_culture/index_en.htm

Claire GRAPELOUX
Information & Communication Officer
DG Justice Unité Antidiscrimination et roms / European Union Commission
Rue du Luxembourg, 46
1000 Brussels
Belgium / Belgique
+ 32 2 295 07 21
claire.grapeloux@ec.europa.eu / ec.europa.eu/antidiscrimination



Lilian SHAH
Project Officer
DG Justice Fundamental Rights and Citizenship Programme / European Union Commission
Rue Montoyer, 59
1000 Brussels
Belgium / Belgique
+ 32 2 295 38 47
lilian.shah@ec.europa.eu / ec.europa.eu/justice/fundamental-rights


MARS PARTNERS / PARTENAIRES MARS

Pieter DE WIT
Président
CMFE - Community Media Forum Europe
Heliodoorstraat 3
6534SH Nijmegen
The Netherlands / Pays-Bas
+ 31 24 355 05 59
president@cmfe.eu / www.cmfe.eu

Diamantis MASTROGIANNAKIS
Lecturer
Université de Lille / Equipe de Recherche Septentrionale ''Sport & Société''
64, rue Henri Regnault
59000 Lille
France
+ 33 6 83 83 04 50
diamantis.mastrogiannakis@univ-lille2.fr / er3s.univ-lille2.fr

Sarah MISCHLER
Maitre de conférences
Université de Lille / Equipe de Recherche Septentrionale ''Sport & Société''
3, rue de Jean Frevez
67 113 Strasbourg
France
+ 33 6 10 14 55 89
sarah.mischler@univ-lille2.fr / er3s.univ-lille2.fr

Pamela MORINIERE
Authors’rights, gender and projects officer
EFJ / IFJ - European / International Federation of Journalists
Rue de la Loi 155
1040 Bruxelles
Belgium / Belgique
+ 32 2 235 22 16
pamela.moriniere@ifj.org / www.ifj.org

Stefen TENNER
CMFE Mars Coordinator
CMFE - Community Media Forum Europe
Fürsthof 8 - 24534 Neumünster
Germany / Allemagne
+ 49 179 663 31 11
stefantenner@web.de / www.cmfe.eu
Fabien WILLE
Professeur des Universités
Université de Lille / Equipe de Recherche Septentrionale ''Sport & Société''
9, rue de l'Université
59790 Ronchin - France
+ 33 3 20 88 73 84
fabien.wille@univ-lille2.fr / er3s.univ-lille2.fr


MARS CONSULTANT

Seán Ó SIOCHRÚ
MARS Evaluator
14 Eaton Brae
Shankill Dublin 18 - Ireland
+ 353 1 2720739
sean@nexus.ie



EUROPEAN MEDIA ENCOUNTER CO-ORGANISER & MARS PARTNER

Patrick VERNIERS
Directeur
MediaAnimation
100, Avenue Emmanuel Mounier
B-1200 Bruxelles - Belgium / Belgique
+ 32 2 256 72 56
p.verniers@media-animation.be / www.media-animation.be


Paul DE THEUX
Directeur Délégué
MediaAnimation
100, Avenue Emmanuel Mounier
B-1200 Bruxelles - Belgium / Belgique
+ 32 2 256 72 30
p.detheux@media-animation.be / www.media-animation.be


Catherine GEEROMS
Formatrice et chargée de projets européens
Media Animation
100, Avenue Emmanuel Mounier
B-1200 Bruxelles - Belgium / Belgique
+ 32 2 256 72 39
c.geeroms@media-animation.be / www.media-animation.be

Carine LORGE
Responsable financiere et administrative
Media Animation
100 avenue E. Mounier
B-1200 Brussels - Belgium / Belgique
+ 32 2 256 72 33
c.lorge@media-animation.be / www.media-animation.be
COUNCIL OF EUROPE / CONSEIL DE L'EUROPE

ENLARGED PARTIAL AGREEMENT ON SPORT / ACCORD PARTIEL ELARGI SUR LE SPORT

Sonia PARAYRE
Deputy Executive Secretary
EPAS - Enlarged Partial Agreement on Sport / APES - Accord Partiel Elargi sur le Sport
67075 Strasbourg Cedex
France
+ 33 3 90 21 54 55
sonia.parayre@coe.int / www.coe.int/epas


DIRECTORATE OF CULTURE AND CULTURAL AND NATURAL HERITAGE

Irena GUIDIKOVA
Head of Division / Chef de Division
Cultural Policy, Diversity and Dialogue / Politique Culturelle, Diversité et Dialogue
67075 Strasbourg
France
+ 33 3 88 41 32 19
irena.guidikova@coe.int / www.coe.int/Culture


Reynald BLION
Media & Diversity Manager / Programme Manager
MARS
F-67075 Strasbourg
France
+ 33 3 90 21 53 69
reynald.blion@coe.int / www.coe.int/mars


Ellsworth CAMILLERI
Programme Assistant
MARS
F-67075 Strasbourg
France
+ 33 3 90 21 43 19
ellsworth.camilleri@coe.int / www.coe.int/mars

Anaïs VOGT
Programme Webmaster / Web publisher
MARS
F-67075 Strasbourg
France
+ 33 3 88 41 35 19
anais.vogt@coe.int / www.coe.int/mars
 
Consultants/Experts  
CoE Secretariat  
Total No. Participants 65 
Last Modified

22/02/2012 




 
  * All reference to Kosovo, whether to the territory, institutions or population, in this text shall be understood in full compliance with United Nations Security Council Resolution 1244 and without prejudice to the status of Kosovo.  
   Return to the top of the page.